Eléphants de Côte d’Ivoire : Il était une fois ‘‘Zagoli Gbolié’’

625 375

Eléphants de Côte d’Ivoire : Il était une fois ‘‘Zagoli Gbolié’’

Eléphants de Côte d’Ivoire : Il était une fois ‘‘Zagoli Gbolié’’

Zagoli Gbolié Marcel, ex-portier de l’ASEC Bouaké, de l’Africa Sports d’Abidjan et des Eléphants de Côte d'Ivoire, ouvre la série des athlètes qui auront marqué le sport ivoirien. Dans cette rubrique intitulée : ‘‘Que sont-ils devenus’’ du quotidien LE SURSAUT , destinée à mettre en lumière les hauts faits de cet athlète talentueux.


Cet article est tiré du quotidien Ivoirien ‘‘LE SURSAUT’’ paru en mai 2015.

Retrouvez au bas de l'article un repportage de la RTI sur Zagoli Gbolié datant de 2016.

 

 

‘‘Ah Zagoli Gbolié ! Gboblié oh, Gbolié oh. Gbolié oh, faut pas fâcher Gbolié oh. Vous connaissez Zagoli Gbolié oh, très bon gardien, il était en équipe nationale…’’.

Ce refrain du groupe ‘‘Les Poussins Chocs’’, incarné par Yodé et Siro, dans les années 1996, a remis en selle l’ex-gardien des Eléphants de Côte d’Ivoire, qui était tombé dans les oubliettes après le sacre d’Alain Gouaméné et de ses autres ex-coéquipiers à la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 92. Zagoli Gbolié est pourtant en vie. Il a retrouvé le sourire et ne regrette plus tout ce qu’il a fait et apporté au football ivoirien.

 

L’ex-portier de charme des Aiglons, est entraîneur des gardiens de but, dans un club de troisième division à Daloa, depuis quelques mois. C’est rare qu’il vienne à Abidjan. ‘‘Je suis actuellement à Daloa. Je suis plus avec les Eléphants dames, je suis là et tout va bien’’, nous a-t-il confié au téléphone, avec une voix rassurante. ‘‘On sait depuis quelques temps qu’il travaille à Logoké Fc, un club de D3 et c’est déjà bon pour lui’’, a précisé un correspondant régional en poste à Daloa. En tout cas, en 2012, sur proposition de ses ex-compagnons de la sélection nationale, Zagoli Gbolié qui créchait dans la commune de Yopougon, a été enrôlé sur une liste des anciens joueurs en difficultés, pour percevoir une indemnité mensuelle à la présidence de la République.

 

C’est l’ex-ministre des Sports et loisirs (d’alors), Philippe Legré qui a défendu ce dossier auprès du Président Alassane Ouattara. Depuis ce temps, Zagoli Gbolié bénéficierait de 300.000 F CFA par mois.

‘‘C’est l’un des grands gardiens de sa génération. Il a eu le privilège de disputer deux Can et la plus mémorable, c’était en 1986 en Egypte où la Côte d’Ivoire a terminé au troisième rang de la Can. Aujourd’hui, grâce au ministre Philippe Legré et surtout à la magnanimité du président de la République, Zagoli Gbolié perçoit quelque chose. Sincèrement, je suis content pour lui, parce qu’il s’est battu pour faire rayonner le nom du pays’’,

a témoigné hier Abdoulaye Traoré dit Ben Badi, son ex-coéquipier à la Can 86 en Egypte.

 

L’année Zagoli Gbolié

En 1986, les Eléphants valident leur ticket pour la Can aux Pays des pharaons. Le sélectionneur d’alors, le Franco-argentin, Pancho Gonzales assisté de Yéo Martial, a titularisé Zagoli Gbolié dans les buts. Le portier des Aiglons avait pour coéquipiers Gadji Céli, Monguéhi Monguéhi François, Youssouf Fofona, Kouassi-N’Dri, Oumar Ben Salah, Kassi Kouadio Lucien, Emile Gnahoré, Zahoui François, Boris Dicket, d’Abdoulaye Traoré…

 

Objectif en Egypte, faire oublier la CAN ratée en Côte d’Ivoire en 1984. Les Eléphants devenus grands, comme l’avait prédit le Président Félix Houphouët-Boigny, vont surprendre durant le tournoi. Avec un portier sûr en la personne de Zagoli dans les perches, les Pachydermes vont atteindre les demi-finales de la compétition. Les Ivoiriens se sont offert les Mozambicains (3-0) pour leur entrée en lice. Face au pays hôte, Zagoli encaisse deux buts pour une défaite du onze ivoirien (2-0). Mais portés par Ben Badi, ils se qualifient pour les demies en dominant le Sénégal de Jules Bocandé, sur le score d’un but à zéro. En demi-finale, Zagoli Gbolié, après plusieurs arrêts décisifs, ne peut rien face à Roger Milla et le Cameroun se qualifie pour la finale (1-0). Opposés aux Lions de l’Atlas du Maroc, si Zagoli encaisse deux buts, les Eléphants tiennent le choc face à Dolmy, Bouderbala et Zaki, pour s’imposer 3-2 et s’offrir la médaille de bronze. ‘‘Zagoli a été félicité par l’ensemble de l’équipe, même s’il a reconnu que les attaquants ont été à la hauteur’’ a ajouté Ben Badi.

 

En 1988 au Maroc, les Ivoiriens regagneront le bercail, à l’issue d’un tirage au sort, au terme de la phase de groupe. En égalité de points avec le pays, la Caf a dû procéder à ce tirage qui a souri aux Lions de l’Atlas. Ce sera la fin de Zagoli chez les Eléphants qui a d’ailleurs passé le témoin à Gouaméné Alain…Après le salaire qui lui est versé en 2012, Zagoli Gbolié Marcel verra une autre injustice être réparée en 2015, avec sa décoration au rang de chevalier dans l’ordre du mérite sportif. Il a reçu sa médaille en mai dernier des mains du préfet d’Issia, dans ladite ville, au cours d’une cérémonie solennelle. Et c’est tout heureux qu’il apporte son savoir-faire aux jeunes gardiens de but…

 

 

Zagoli

Photo de Zagoli Gbolié datant de 2017

 

Sources

Réalisé par Annoncia Sehoué

 

Témoin de son temps…

Litié Boagnon (Journaliste à L’Inter) : ‘‘C’était le héros de la CAN 86 en Egypte’’

« Il était titulaire à la Can 1986 en Egypte; il fait partie des grands gardiens de buts de la Côte d’Ivoire. Il était confronté à d’énormes difficultés, parce qu’il n’a pas pensé à l’après football. Aussi, à son époque, les agents de recrutement n’avaient d’yeux que pour les attaquants. Seuls les gardiens de but tels que Joseph Antoine Bell et N’Kono Thomas avaient eu la chance d’aller en Europe. Zagoli a marqué le football ivoirien tant à l’Africa qu’en équipe nationale. Je retiens surtout le penalty de Jules Bocandé qu’il a arrêté à la Can 1986, face au Sénégal. Zagoli est une référence, c’est dommage qu’il ne connaît pas une réussite sociale comme Kouassi N’Dri et autres Lignon Nagueu qui sont des fonctionnaires ».

 

Encadré

Merci à la Présidence…

 

L’argent n’aime pas le bruit, dit-on en Côte d’Ivoire. Toutefois, il faut avoir l’honnêteté de saluer toute bonne initiative. Grand merci à la Présidence de la République de Côte d’Ivoire qui ne manque pas de combler les athlètes qui ont su défendre le drapeau national sur la scène continentale.

 

 

Zagoli Gbolié était dans un passé récent la risée de certains de ses coéquipiers. Parce qu’il était un cas social, il n’avait rien pour faire face à ces besoins primaires. Aujourd’hui, en plus de travailler comme gardien de but, il peut assurer ses vieux jours avec l’indemnité présidentielle. C’est déjà bon et salutaire… Encore grand merci à la Présidence et aussi au ministère des Sports.

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : LE SURSAUT (via Abidjan.net)
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Sam, 06 Oct 2018 à 14h 11
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?