Gervinho raconte comment son 1er formateur a convaincu son père et dit pourquoi il a suivi Guillou et non Roger Ouégnin

625 375

Gervinho raconte comment son 1er formateur a convaincu son père et dit pourquoi il a suivi Guillou et non Roger Ouégnin

Gervinho raconte comment son 1er formateur a convaincu son père et dit pourquoi il a suivi Guillou et non Roger Ouégnin

Issu de la 3è et dernier génération de l’Académie MimoSifcom en partenariat avec Jean Marc Guillou, Yao Kouassi Gervais a comme tous les académiciens de l’époque été affecté par la rupture entre le français et l’actuel PCA des jaunes et noir. Vendredi dernier sur le plateau de Life TV, Gervinho est revenu sur cette affaire et révélé la raison pour laquelle il a dû partir de Sol Béni. Mais avant, l’international Ivoirien s’est attardé sur un épisode décisif de sa vie professionnelle. Comment il a troqué les bancs pour embrasser une carrière de footballeur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas gagné d’avance malgré son talent précoce…


‘‘

J’ai été élevé à Bondoukou chez ma tante, la sœur à mon père. Je venais à Abidjan pour les vacances et je retournais ensuite à Bondoukou. En 1998 (il avait 11 ans ndlr), j’étais à Abobo pour les vacances et j’ai intégré l’équipe du quartier. On jouait les comités, on gérait quelques ‘‘gombos’’ et mon coach à l’époque du nom de Zahoui était enthousiasmé par même qualités. Mais mon séjour sur la capitale étant arrivé à son terme, je devais retourner chez ma tante pour les études. Mon m’a dit qu’il y a une école de foot qu’on appelle ASEC Mimosas (l’Académie Mimosifcom ndlr) qui fait un test de recrutement dans un mois. Il me demande donc de rester qu’on ne sait jamais… J’y étais favorable mais la décision finale ne me revenait pas. Il fallait voir le ‘‘Vieux’’, mais c’était pas gagné !

 

 

Coach Zahoui et son staff sont donc allés voir mon père, mais malheur pour eux c’était un dimanche pour eux et toute la famille était réunie. Vous savez dans les familles, il y a les oncles gentils, mais aussi les méchants... (rire). Mon coach qui a pris la parole après que la famille leur ait demandé les nouvelles, a dit : « on sait que ‘‘Petit Kouassi’’ (son surnom de l’époque) rentre dans une semaine, mais on aimerait qu’il reste pour jouer dans notre équipe et on il y un test dans pas longtemps à l’Académie Mimosifcom qui est une référence en Côte d’Ivoire et en Afrique… ».

 

Le Vieux a dit pas question ! il a trouvé que j’étais encore jeune, et à l’époque le football ne générait pas autant d’argent que maintenant. Mais le Vieux encore avait une réaction modérée contrairement à certains oncles qui ne voulait rien entendre. Ils ont dit non, il doit aller à l’école, il est encore jeune, le foot on n’ait pas sûr que ça peut marcher… Il y a un oncle qui est malheureusement décédé, père à son âme’ lui il ne voulait rien comprendre. Il cafouillait tout là-bas !

 

 

Pour persuader la famille de me permettre de rester, mon coach a dit que son équipe et lui prenait l’engagement de s’occuper de moi si le test échouait. Heureusement, un de mes oncles s’est aussi porté garant. Mon père a ensuite pris la parole et a dit « on vous le confit, mais vous avez intérêt que ça marche ! ». Et c’est ainsi qu’il a accepté de me laisser tenter l’aventure dans le football.

’’

 

Heureusement pour ‘‘Petit Kouassi’’ et coach Zahoui, le test a marché et c’est le top départ l’aventure à l’Académie Mimosifcom. En 2001, patatras ! Jean-Marc Guillou alors formateur de l’Académie n’est plus en de bons termes avec Roger Ouégnin, le Président. Une impitoyable guerre juridique s’ensuit devant les instances de la FIFA. Certains pensionnaires resteront à Sol Béni, d’autres, ‘‘les déserteurs’’ comme on les appelait à l’époque, décident de suivre le technicien français. Gervinho qui faisait partie de ce 2è groupe a expliqué son choix.

« L’ASEC était présidé par Roger Ouégnin, mais le centre de formation était à Jean-Marc Guillou. Nous sommes arrivés à l’Académie au nom de Guillou. Donc lorsqu’il y eu les histoires entre les deux puis la division, on ne pouvait que suivre notre formateur. On n’avait pas le choix ! Mais ça n’a pas été facile ! On a laissé un environnement comme Sol Béni où on avait tous à notre disposition pour se retrouver à Bassam, Bingerville et après Dagbé (Jacqueville)… »

 

 

Cette séparation entre Guillou et Ouégnin a certes affecté les académiciens, mais n’a cependant eu aucune incidence sur les rapports entre eux et ses deux grands hommes qui ont chacun contribué à leur épanouissement. Ballotté de part et d’autre après avoir quitté Sol Béni, Gervinho a pu intégrer le KSK Beveren en 2004 et se fût le début d’une belle carrière qui se poursuit encore aujourd’hui à 34 ans du côté de la Trabzonspor (Turquie).


Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Auteur :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Mar, 22 Jun 2021 à 19h 13
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?