Jumaa Saeed, l'autre ambassadeur de la Côte d'Ivoire au Koweït raconté par Adam Khalil

625 375

Jumaa Saeed, l'autre ambassadeur de la Côte d'Ivoire au Koweït raconté par Adam Khalil

Jumaa Saeed, l'autre ambassadeur de la Côte d'Ivoire au Koweït raconté par Adam Khalil

Auteur d’un but et de deux passes décisives dimanche dernier (06 nov. 2020) à l’occasion de la 10è journée de sa 10è saison au Koweit avec la victoire 3 buts à 2 face à Al Jahra, l’attaquant de Koweït SC qui dit-on est plus connu dans le milieu de showbiz que dans celui du foot, a reçu un bel hommage de la part du journaliste ivoirien.


‘‘

Le 45, le Koweït et Alassane Ouattara

 

 

Qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il vente... Il se prévaut de toutes les températures, de toutes les couleurs. Du foot au showbiz. C'est selon ! L'une ou l'autre activité dans le sang. D'un côté comme de l'autre du corps. Sa réputation oscille de part et d'autre sur son physique, certainement dans son esprit aussi. Son football bascule entre deux mondes, celui du milieu du ballon rond et de l'ambiance électrique du monde du Show-business. Un footballeur à la fois prompt sur des gazons tondus et actif dans les chaudes atmosphères des Atalaku des Disque Jockers.

 

Sa réputation est aussi celle de la star du Showbiz Streamée, Instagramée, Facebookée et même Twittée à des centaines voire millions de vues et de shares. Les artistes chanteurs declament à profusion son nom : Kerozen, Les Leaders, Kedjevara, VDA... et d'autres avec lesquels il a des affinités. Et aussi avec ce Chantre-prédicateur, Richard Kremé, avec qui Jumaa Saeed ne s'embarrasse pas de fioritures pour partager le micro lead pour des chants de louanges dans l'Église Évangéliste de Yopougon, lors de ses vacances à Abidjan.

 

Entre deux continents, celui de l'Afrique et cet autre bout du monde, le Golfe persique.

 

Jumaa Saeed traverse les temps, les pays, les continents, et s'enchante d'une vie captive et dorée entre Abidjan et la cité arabophone aux multiples richesses culturelles et industrielles.

 

Le Koweït, c'est son affaire. Il reste attaché aux luxes de la citée régnante. Le 45 (le nombre vient du fait qu'il devait porter le No 9 à son arrivée au Golfe. Mais, un autre attaquant de pointe avait déjà ce dossard. Il a simplement fait le 4+5=9. À la place du 9, il a opté donc pour le 45) est installé dans le Golfe depuis 2009. Il vole de succès à succès, de club en club. Engagé par Al-Salmiya, il rejoint par la suite Al-Koweit Club, le club phare du Koweit. Pendant 10 bonnes années qu'il a vu développer la pratique du ballon dans cette partie du monde.

 

Jumaa Saeed Désiré

 

L'Ivoirien s'accroche à des raisons légitimes pour y construire sa vie. Le Koweït compte de plus en plus dans le giron du football mondial. Au mois de Décembre 2017, le président de la Fifa Gianni Infantino avait annoncé une levée de suspension, après l'adoption par le Parlement de ce pays du Golfe d'une loi censée mettre fin aux interférences du gouvernement dans le sport. Infantino avait fait le déplacement à Koweït pour annoncer cette décision qui était très attendue dans les milieux sportifs locaux.

 

Le Koweït était suspendu depuis octobre 2015 de toute compétition par les organisations internationales, dont le Comité international olympique (CIO) et la FIFA, qui dénonçaient l'ingérence de son gouvernement dans les affaires sportives. Tout allant dans le sens du développement et le renouveau du football de ce pays. La famille régnante ayant aussi fait amende honorable et remis dans le sens de la marche les activités footballistiques.

 

 

Jumaa Saeed ne quitte plus sa terre d'adoption. Et soupèse tout l'avantage sportif et financier... (Un joueur dans le Golfe persique peut se faire de beaux pactoles en Dinar Koweïtien) ... D'autres footballeurs se sont malheureusement fait cette idée empirique de ne jouer au football que pour avoir de l'argent frais. Ils se sont essayés dans cet axe de travail qui ne leur a pas réussi... L'international ivoirien ne voit pas les choses sous cet angle. Sa réputation crédible auprès des Émirs, son entregent dans le milieu, encouragent même les autorités politiques ivoiriennes à prendre conseils auprès de footballeur.

 

Jumaa Saeed

 

Avril 2018. À l'invitation de Son Altesse Royale Cheikh Sabah Al Ahmad Al Jaber Al Sabah, Emir du Koweït, le Président de la République ivoirienne Alassane Ouattara, s'engage pour une visite de travail au Koweït. Au cours de son séjour, le Chef de l’Etat a eu des entretiens avec l’Emir du Koweït, suivis de la signature d’accords de coopération entre la Côte d’Ivoire et le Koweït et d’un déjeuner offert en son honneur par l’Emir du Koweït. Des échanges également avec le secteur privé ainsi que le Directeur Général du Fonds de Développement Koweïtien.

 

Pour préparer le voyage, Ally Coulibaly, Ministre de l'Integration Africaine et des Ivoiriens de l'Exterieur, parti en éclaireur au Koweït avait plusieurs rencontres dont celle avec le footballeur Jumaa Saeed. D'autant que lors de ces séances préparatoires, Ally Coulibaly consulte et participe à un dîner chez Jumaa Saeed pour des orientations. L'enjeu étant de mieux être outillé sur le pays et envisager avec les autorités Koweïtienne des pistes de collaboration dans le domaine du recrutement assisté et du suivi des Ivoiriens qui travaillent au Koweït.

 

Jumaa Saeed n'avait jusque-là pas encore eu la chance d'être appelé en sélection nationale ivoirienne. L'arrivée de Patrick Beaumelle, nouveau coach de la Selephanto, lui donne une chance, une ouverture pour le port du maillot à la double étoile orangée. Pour sa première titularisation, il est sorti du jeu après seulement 38 minutes de jeu (Amical face au Japon). La seconde est encore plus frustrante. Lancé dans le bain pour les quelques 3 maigres minutes d'arrêt de jeu, 4ème journée des éliminatoires de la CAN 2022 face à Madagascar.

 

Jumaa Saeed Désiré

 

Devant cette frustration, il n'a pas voulu être ce pleutre à se morfondre sur son sort. Comme ces footballeurs qu'on voit souvent traîner leur bosse dans tous les recoins sans convaincre. Ces footballeurs timorés, sans courage, sans caractère, qui baisse très vite casaque quand ils ne sont pas les élus du sélectionneur.

 

 

Bien au contraire, Jumaa Saeed attend sa vraie heure chez les Éléphants. D'ici là, l'horloge continue de tourner au Koweït. Où le 45 réaffirme son règne dans ''la cours royale''

’’

Par Adam Khalil



Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Mar, 08 Dec 2020 à 01h 17
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?