La prison, le Mondial et le Ballon d’Or 82, … retour sur les moments clés de la carrière de Paolo Rossi

625 375

La prison, le Mondial et le Ballon d’Or 82, … retour sur les moments clés de la carrière de Paolo Rossi

La prison, le Mondial et le Ballon d’Or 82, … retour sur les moments clés de la carrière de Paolo Rossi

Le football est une nouvelle endeuillé avec la disparition de la Légende Italienne du football, Paolo Rossi. Le joueur s’est particulièrement distingué lors du mondial 1982 en Espagne où il a montré tout son talent aux yeux du monde. Dans des écrits dont lui seul a le secret, Adam Khali a tenu à retracer les moments de la carrière de l’illustre disparu avec en point d’orgue ce fameux mondial 1982.



‘‘

Il est décédé ce 10 Décembre 2020. Il fut le héros de la Coupe du monde 1982. Son histoire n'est pas simple. Une histoire pleine de surprises. Une histoire de celui qui est resté derrière les barreaux de prison, avant d'être libérer pour aller offrir le Mondial 1982 à son pays. Paolo Rossi avait ouvert le score face à l’Allemagne lors d’une finale remportée 3 à 1 par l’Italie.

 

 

Paolo Rossi, qui n'aurait pas dû jouer la Coupe du Monde 1982, en est finalement devenu le héros avec six buts et un sacré pour l'Italie, son pays et le titre personnel de meilleur buteur de la compétition. Suspendu pour trois ans en mars 1980 dans le ‘‘Totonero’’, une affaire de scandale de matchs de football truqués et de paris illégaux en Italie, il avait cependant été convoqué pour le Mondial 1982 en Espagne, malgré le scepticisme de la presse italienne.

 

L’attaquant avait été présélectionné, puis sélectionné, à la suite d’une réduction de sa peine. Logiquement, il remporte le Ballon d’or la même année, organisé et décerné par France Football. Justement le Magazine français donnait, dans un récent passé, les détaillés et les circonstances de l'arrestation de Paolo Rossi et autres...

 

20 Mars 1980. Onze joueurs sont mis aux arrêts.

Les magistrats avaient été clairs : ne pas courir le risque de fuite. Alors, des dizaines de carabiniers et autres agents de la Guardia di Finanza, la police du fisc italien, se sont dirigés vers l'endroit où les joueurs se sentaient le plus à l'abri, en ce dimanche de Championnat : les stades. Et là, entre Pescara, Milan, Rome, Avellino, Gênes et Palerme, ils ont arrêté onze joueurs de Serie A et B et un dirigeant, Felice Colombo, président du Milan AC. Certains, comme Giorgio Morini (Milan), ont été cueillis alors qu'ils allaient prendre leur douche, d'autres, tel Stefano Pellegrini (Avellino), à la sortie du terrain, la plupart au moment de quitter tribunes ou vestiaires. Enfin, Claudio Merlo (Lecce) et Gianfrancesco Casarsa (Pérouse), absents car blessés, se rendront d'eux-mêmes à la police. Presque tous éviteront les menottes. Maigre consolation au regard de la destination finale de ces arrestations : la prison romaine de Regina Coeli.

 

 

Milan AC et Lazio relégués

 

Voilà comment, en quelques heures, le foot italien a vu le sol se dérober sous ses pieds. Le blitz policier a fait exploser au grand jour ce que l'on appellera rapidement le ‘‘scandale du Totonero’’, c'est-à-dire les paris clandestins sur les matches. Le retentissement est énorme. En plus des quatorze arrestations, les juges Monsurro et Roselli procèdent à vingt-quatre ordres de comparution. On y retrouve notamment deux stars du foot italien, Paolo Rossi (Pérouse) et Bruno Giordano (Lazio), qui ne sont autres que les deux derniers buteurs couronnés de la Serie A (24 réalisations pour le premier en 1978, 19 buts pour le second en 1979).

 

L'opération est partie d'une plainte déposée par Massimo Cruciano, le 1er mars. Ce grossiste en fruits et légumes, accros aux paris clandestins, s'est littéralement ruiné en graissant la patte de joueurs qu'il fréquentait chez un ami restaurateur, Alvaro Trinca, autre plaignant. Il s'agit des joueurs de la Lazio, Wilson, Manfredonia, Cacciatori et Giordano, eux-mêmes en relations avec des dizaines de joueurs. Mais ce n'est qu'une partie du puzzle. La justice enquête depuis des mois sur ces réseaux de paris clandestins et, d'ailleurs, les médias se sont fait régulièrement l'écho de la ‘‘moisissure’’ qui ronge le Calcio. Cette vague d'arrestations n'aura cependant pas de conséquences judiciaires.

 

 

L'absence d'une loi spécifique aux paris sportifs et la difficulté de démontrer l'escroquerie aux dépens de Cruciani et Trinca éviteront des peines de prison aux joueurs incarcérés pendant quelques jours à Regina Coeli. Sportivement, en revanche, ce sera un tout autre son de cloche : le Milan et la Lazio sont envoyés en Serie B, Colombo, Cacciatori et Albertosi radiés à vie, les autres joueurs punis de peines allant de quelques mois à six ans de suspension. L'un d'eux, Paolo Rossi, reviendra juste à temps pour être sacré champion du monde en 1982 !

’’

Adamah Khalil

 

khalil


Laisser un commentaire

Enregistrés avant et après ce post

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Jeu, 10 Dec 2020 à 15h 33
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?