Un joueur du championnat Ivoirien désormais cameraman à Life TV

625 375

Un joueur du championnat Ivoirien désormais cameraman à Life TV

Un joueur du championnat Ivoirien désormais cameraman à Life TV

Dans la jeune et dynamique équipe de Life TV, Seri Roger fait apprécier ses talents de cadreur. Profitant de la crise sanitaire à coronavirus, le latéral gauche de l’AS Tanda s’adonne à cœur joie à ce métier qu’il côtoie depuis 6 ans. Un modèle de reconversion avant la lettre qui sonne comme un message à l’endroit des footballeurs ivoiriens.


Le casque sur les oreilles, le regard fixé sur l’écran de contrôle. A ‘‘Willy à midi’’ et au ‘‘Talk show’’ (20-21h), Seri Roger Daniel fait apprécier sa dextérité derrière les caméras de Life TV. Footballeur professionnel à l’AS Tanda (Ligue1 ivoirienne), il officie à la ‘‘Télé sans filtre’’, depuis son lancement en juin 2020. L’aboutissement d’une pratique de six (6) ans que le concerné explique avec la lucidité et le calme d’un homme avisé.

« Dans mon quartier, il y avait un cameraman. Tout en jouant au football, je lui ai proposé d’apprendre à ses côtés. Avec son accord, je mettais à profit mes temps libres pour le suivre dans les mariages, les baptêmes, les conférences etc. Petit à petit, je me suis fait la main. Dès lors, il me confiait la couverture de certaines cérémonies en semaine, après mes séances d’entraînement ou les week-ends lorsque je n’avais pas match de championnat. Il y a deux mois, il m’a fait part de l’offre de Life TV : il y avait un poste de cadreur à pourvoir. Vu que le planning me convenait, j’ai saisi l’opportunité »

 

 

tanda

 

Depuis, le latéral gauche de l’AS Tanda est à la tâche, avec toute la détermination d’un pro. Aidé en cela par la flexibilité de son emploi du temps. Un rythme de travail qui ne devrait guère souffrir de l’ouverture prochaine de la saison 2020-2021.

« J’ai signé un contrat d’un an. J’interviens sur les émissions de 12h et 20h. A la reprise, j’aurai le temps de m’entraîner avec l’AS Tanda, le matin au nouveau camp d’Akouédo (jusqu’à 11heurs) avant de partir à Life TV. Après l’émission de 12h (qui finit à 12h45 mn), je me repose pour reprendre à 20heures. A partir de 21h, je rentre chez moi. »

 
Préparer sa reconversion pendant la carrière

 

Parfaitement acclimaté à son nouveau monde, Séri sait pouvoir compter sur la solidarité de ses collègues. S’il arrivait que son agenda avec les Etoiles du Zanzan le contraigne à une absence temporaire au poste, ils seront là pour le suppléer le temps d’une ou deux émissions.

‘‘Ils savent tous que je joue au football’’, précise-t-il. Pour Séri Roger,‘‘tout se passe bien. C’est ma première télé. Je n’ai aucun problème au cours des émissions. Dieu me fait grâce.’’ Au cœur de cette passionnante histoire, le défenseur de 29 ans est, en toute conscience, en train de jeter les bases de sa reconversion. Période cruciale faite de gamberge et d’équations en a point finir, la seconde carrière se prépare. Elle ne se décrète pas. Et ça, le footballeur-cadreur l’a bien compris. 

« En étant en activité, il faut préparer sa retraite. C’est très important. Il ne faut pas attendre de terminer sa carrière avant de réfléchir à ce qu’on va faire. Le football est fait d’incertitudes. Une blessure est vite arrivée et votre carrière s’en trouve hypothéquée à jamais (...). A moins d’émarger dans les grands championnats qui te mettent à l’abri du besoin, c’est la croix et la bannière lorsqu’on a rien appris d’autre que le football. Apprendre un autre métier est essentiel pour la reconversion »,

lance-t-il en guise de message à ses collègues.

 

Ambitieux, l’ancien Bassamois n’entend point s’arrêter en si bon chemin. Alors qu’il a le profil de l’emploi, Séri est déterminé à parfaire ses connaissances dans ce qui s’annonce, clairement, comme le domaine de sa reconversion. Son credo : se former encore et encore.

« Car la technologie, dit-il, évolue. Il y a de nouveaux appareils chaque année. Il faut pouvoir les maîtriser. Seule la formation vous prépare à toutes les éventualités. »

 

 

De Schadrac à l’AS Tanda, 10 ans de foot !

 

Eloigné des stades, depuis mi-mars, du fait de la crise sanitaire à Coronavirus, Séri Roger n’a pas coupé le lien avec le football. En compagnie de quelques amis footballeurs dont Kouassi Jean-Claude (WAC), et dans le strict respect des mesures barrières, il s’offre des séances de jogging, de gainage, d’abdos, de pompes etc. Tout ceci pour garder la forme dans l’attente de la saison 2020-2021. Un exercice, le deuxième avec l’AS Tanda, qu’il devra, plus que jamais, concilier avec son nouveau boulot, après une bonne décennie de présence dans le football. C’est en 2010, en Division régionale sous les couleurs du Schadrac FC, que le natif d’Abidjan embrasse le métier de footballeur.

 

anda

 

 

Au bout de trois saisons, il passe à l’AFAD alors que son club d’origine évolue en Ligue2. Engagé mais prêté dans la foulée à l’USC Bassam (Ligue2), il atterrit ensuite à l’ES Bingerville (Ligue2). Revenu chez les Insulaires, il flirte avec l’élite pendant deux saisons avant de rejoindre l’AS Tanda où il continue à écrire son histoire de footballeur-cadreur.

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI)
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Mar, 21 Jul 2020 à 20h 10
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?