Cissé Logossina (Pdt du RCA) : ‘‘parler du titre de champion, c'est un peu prématuré…’’

625 375

Cissé Logossina (Pdt du RCA) : ‘‘parler du titre de champion, c'est un peu prématuré…’’

Cissé Logossina (Pdt du RCA) : ‘‘parler du titre de champion, c'est un peu prématuré…’’

La jeune équipe du Racing Club d'Abidjan plane sur la Ligue 1 ivoirienne depuis l'entame des matches retour de cette compétition phare du football local ivoirien. Après le deuxième gros match de ses protégés, le dimanche 15 mars dernier, face à l'ASEC écarté (2-1) en 16ème de finale de la coupe nationale au stade Robert Champroux, le jeune Président du club, Cissé Logossina, a bien accepté de se confier à nous. Entretien…


Qu'est-ce qui a fait gagner le Racing Club face à l’ASEC ?

 

 

C'est la volonté manifeste de nos joueurs de vouloir réussir une fois de plus un coup parfait face à l'Asec. Ils avaient vraiment envie. On l'a senti dans leur jeu. Je précise que pour ce match, notre entraîneur (NDLR : Diabaté Bassiriki) a fait tourner l'équipe. Il l'a remaniée à 60%. En raison de la suite de la Ligue 1, il a fait reposer beaucoup de titulaires. Nous sommes donc heureux d'avoir écarté la grande équipe de l'Asec sans nos titulaires. Je félicite mes joueurs pour ce beau football pratiqué. Nous espérons aller jusqu'au bout dans cette coupe nationale. Le travail continue.

 

Quelle est la force de votre équipe qui domine la Ligue 1 depuis un bon moment ?

 

C'est la formation. Ni plus, ni moins, la formation est le seul crédo pour avoir des résultats probants. Depuis notre accession à l'élite l'année dernière, nous ne recrutons pas ailleurs. Ce sont nos joueurs formés qui sont utilisés. Chaque année, on jette de nouveaux jeunes dans le bain. Et nous continuerons sur ce chemin.

 

Du Mondialito à Yopougon-Saguidiba, du tournoi l'UCFFY de Yopougon à l'élite du football ivoirien, que de chemin parcouru…

 

Effectivement, nous sommes partis du Mondialito (ce tournoi qui fait la part belle à la détection) et du championnat UCFFY de Yopougon en passant par le championnat du District, la D3, la Ligue 2 et aujourd'hui la Ligue 1. Nous savons ce que nous avons fait pour être là. C'est Dieu qui fait grâce. Nous ne cesserons de répéter que la formation est le seul moyen pour sauver le football ivoirien. Et modestement, nous pensons que c'est cette politique-là qui nous met au premier plan de l'élite du football ivoirien aujourd'hui. Toutefois, nous savons que rien n'est encore fait. Nous continuerons à apprendre auprès de toutes ces grandes équipes de la Ligue 1.

 

Malgré votre bon parcours, il se raconte que vos joueurs ne sont pas payés régulièrement. Qu'en est-il exactement ?

 

C'est archi-faux. Nous avons une masse salariale de 5 millions de Fcfa. C'est la preuve que nos joueurs sont bel et bien payés. Nous n'avons aucun problème à ce niveau. C'est vrai qu'il y a de jeunes joueurs qui sont encore en formation et que nous jetons dans le bain de temps en temps. Ceux-là ne peuvent être au même niveau que les professionnels. Leur temps viendra où ils seront payés normalement. Alors, ceux qui colportent cette fausse nouvelle doivent cesser. De toutes les façons, nous sommes sereins face à ces rumeurs tendant à nous distraire.

 

 

Quel est l'avenir immédiat du Racing Club d'Abidjan ?

 

Nous allons continuer à apprendre. Il y a encore beaucoup de challenge à relever. Nous allons tenter de maintenir le cap en championnat.

 

Le Racing Club, champion de Côte d'Ivoire, vous y rêver ?

 

Comme je le dis depuis un bon moment, nous ne cracherons pas sur le titre de champion de Côte d'Ivoire. L'année dernière, nous n'étions pas aussi loin de ce titre. Mais, bon. Pour nous, l'essentiel a été fait. C'était de nous maintenir. Maintenant, si nos jeunes gens veulent aller jusqu'au bout, nous serons obligés de les accompagner.

 

Il reste six journées pour la fin de la Ligue 1…

 

Effectivement, il reste six journées. Et nous en sommes conscients. Mais, nous savons aussi que nous avons trois points d'avance sur le FC San Pedro qui est un gros calibre. Cette équipe a beaucoup de joueurs expérimentés. Nous n'avons que de jeunes joueurs. Donc, rien ne sera facile. Pour nous, parler du titre de champion de Côte d'Ivoire, c'est un peu prématuré pour notre projet. Nous venons à peine de commencer. C'est vrai que nous rêvons, mais, nous ne sommes pas trop prétentieux. Si ça n'a pas marché cette année, je pense que l'année prochaine sera la bonne. Dieu voulant.

 

Jean-Claude Djakus (page Facebook)

 

 

cissé

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Ven, 20 Mar 2020 à 09h 53
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?