Eric Babou : ‘‘Sory Diabaté doit montrer qu'il n'est pas comptable de la forfaiture de Vagba et Bahi’’

625 375

Eric Babou : ‘‘Sory Diabaté doit montrer qu'il n'est pas comptable de la forfaiture de Vagba et Bahi’’

Eric Babou : ‘‘Sory Diabaté doit montrer qu'il n'est pas comptable de la forfaiture de Vagba et Bahi’’

Il souhaite prendre les rênes de l’Africa Sports et ne s’en cache pas, allant même à dénoncer sans ambages la gestion des actuels hommes du club vert et rouge. Pourquoi il veut diriger l’Africa, ce qu’il reproche au bureaux exécutif actuel, ce qu’il attend de Sory Diabaté (vice-président de la FIF et candidat à sa présidence), Eric Babou dit tout dans l’entretien ci-dessous, accordé à nos confrères de SportMania et partagé sur sa page Facebook.


Cela fait 2 ans que vous avez créé la marée vert et rouge, nous constatons qu'elle a prise toute sa place à l'Africa. D'où est sortie l'idée et comment se porte ce mouvement ?

 

 

Oui, cela fait effectivement 2 ans et par la grâce de Dieu le mouvement se porte très bien. Aujourd'hui nous sommes plus fort en terme de mobilisation et en terme de capacité d'action. Je suis donc très fier de la marée vert et rouge, très fier de ses membres. Les choses se passent très bien, je suis content. À l'Africa, les comités ont toujours existé. Même si, officiellement il y a 28 supporters à l'Africa. Or, l'Africa est un grand club. Les supporters étaient où, ou bien sont où ?

 

Qu’est ce qui a constitué ce déclic véritablement ?

 

Pour ceux qui me connaissent, ils savent même, quand j'étais joueur à l'Africa, j'avais déjà dans ma tête l'idée d'aider mon club. Parce que je suis certes ancien joueur de l'Africa, mais ce que les gens oublient, c'est que moi-même, je suis un supporter de l'Africa sports. Je suis donc doublement concerné par l'état de ce club-là. Il fallait regrouper les supporteurs autour d'un projet.

 

2 ans après est ce que vous pensez que vous êtes sur le bon chemin, est ce vous pensez que la marée vert et rouge a relevée tous les objectifs que vous vous êtes fixé ?

 

Ah, oui nous sommes même très loin de ce que nous avions souhaités dès le départ. Quand nous sommes arrivés, Les supporters étaient disséminés un peu partout, il n'y avait pas cette mobilisation que vous voyez aujourd'hui sur les réseaux sociaux, dans les stades. Tous étaient découragés. Nous avons réveillé les supporters, nous leur avons fait comprendre que la gestion du club n'était pas bonne. J'avais l'impression qu'ils étaient un peu envoûtés, résignés. Chacun était dans son coin et laissait le club aller. Donc quand je suis arrivé et que la marée vert et rouge s'est mise en branle vous avez vu, ça commencé à bouger pratiquement. Pour dire donc, que notre action a été salutaire. Mais on n'a pas fini. Tant qu'on n'a pas mis notre projet en marche, on n'a pas encore atteint notre objectif. Nous sommes dans un protocole d'accord aujourd'hui ! C'est pour dire que les choses, les lignes ont bougé.

 

Babou

Eric Babou et Abdoul Kapo de SportMania

 

En un mot vous prônez aujourd'hui un supporters Africa nouveau ?

 

Ah oui absolument, c’est tout l'Africa qui doit se renouveler. C'est écrit dans les textes "Africa Nouveau". Nous l'avons que repris, il faut que cela soit effectif ! Et ça passe par le changement de mentalité. Depuis que Roger Ouégnin est arrivé, vous avez vu les actionnaires, c'est pour cela qu'on dit actionnaires ils participent à la vie de leur club.

 

Pour moi, les supporters de l'Africa ont une circonstance atténuante parce l'environnement n'est pas saint. Les dirigeants du club n'ont pas créé les conditions. Eux même assument 28 supporters et en sont fiers. Quand le président qui est chargé de faire venir les supporters, Bahi Antoine, c'était sa responsabilité depuis que Vagba Alexis est arrivé, il a toujours travaillé avec lui. Aujourd'hui quand lui-même encore est vice-président de la section football et ne s'en gêne pas c'est qu'il y'a un grave souci. Aujourd'hui il y'a cette nouvelle mentalité qui arrive et tout le club va se relever absolument.

 

C'est vrai vous avez été une gloire du club, aujourd'hui vous avez acquis une certaine crédibilité en tant que leader, en tant que meneur est ce que c'est ce qui vous a poussé à vouloir la présidence de l'Africa sports ?

 

Il est souvent dit que les joueurs se reconvertissent comme entraîneur, comme manager etc. Personnellement je n’ai jamais eu envie d'être entraîneur. Ce n’est pas mon truc, même si de par mon expertise j'arrive de temps en temps à donner mon avis, mais c'est pas vraiment mon truc. Depuis toujours, j'ai rêvé diriger, pour changer les choses. J'aime ça. Je veux comme le dit souvent ma mère : être une source de bénédiction pour les autres. En tout cas pour l'Africa je veux être une source de bénédiction. À l'Africa c'est un désert. Tout est à faire, on part de zéro pratiquement. Et pourtant c'est un club mythique.

 

Tout est à faire à l'Africa et cela ne vous fait peur ?

 

Non je n’ai jamais eu peur, parce que quand j'ai commencé à jouer j'avais 15 ans. J'ai joué avec des costauds, donc je n’ai pas cette culture de la peur. Dès le début je m'y suis préparé. Durant cette période que j'ai passé en Europe, ça été ma préoccupation. J'ai rencontré les bonnes personnes, j'ai travaillé avec elles, j'ai peaufiné mon projet. Je suis, on va dire, tranquille, serein parce que mon projet est bon. Je suis assis sur du roc. Je suis plus que serein !

 

Vos détracteurs disent que votre projet est illusoire, irréalisable que répondez-vous ?

 

 

Rire, qu’ils nous proposent mieuxEric Babou ? C'est ouvertEric Babou ? Parce qu'il ne suffit pas de critiquer le projet, faut proposer. Jusqu'à preuve du contraire depuis 1947, qui est la naissance de l'Africa, c'est la 1ere fois que des gens s'asseyant et parle de projet. Et celui-ci, n'a jamais été caché, pour dire que je vends de l'illusion. Je l'ai expliqué en long et en large, détaillé. J'ai fait une conférence publique, pour que les sceptiques viennent poser leurs questions. Ce n’est pas un projet fait en deux temps trois mouvements. À cette conférence-là, tous les détails y étaient. Rien n'est caché chez nous. Vous allez sur YouTube aujourd'hui, vous verrez la vidéo de la conférence. Tout le monde était invité à cette conférence de presse, et je vous informe que la communication de cette conférence de presse s'est faite deux mois avant. Après c'est très facile de s'asseoir à la maison ou derrière un clavier pour la critique. Je vous rassure mon projet est bon. Il a pris tout en compte. Je l'ai tropicalisé, tout y est chiffré et bien élaboré. Je suis serein. J'attends que d'autres nous montrent un autre en face et on verra bien.

 

Eric Babou

 

Les chiffres qui sont avancés dans le projet font vraiment peur à certaines personnes, qui disent qu’il y'a trop de milliards, d'où vous allez sortir ses milliards ? est-ce que vous pouvez revenir sur cet aspect des choses ?

 

Ceux qui ont peur, c'est parce qu'ils ne connaissent pas le milieu du foot. Ils ne connaissent pas les membres associés simplement. C'est pas beaucoup d'argent en football. Il suffit de savoir s'y prendre. Quand j'ai annoncé ces milliards dans mon projet, J'ai été précis. J'ai dit comment faire pour récupérer ces milliards. Il y a la part des personnes que j'ai approché, qui m'ont aidé à mettre sur pied le projet, ensuite il y a la part des membres associés. C'est pour dire que je veux qu'ils récupèrent leur club. Il faudra qu'ils s'impliquent dans la vie du club.

 

Maintenant l'astuce c'est que la part des membres associés équivaut à la construction du club. Parce que c'est leur envie, leur ambition. Ils doivent assumer. Donc ce volet, leur est vraiment concédé. C'est une manière de les responsabiliser. La preuve l'Africa vient de recevoir plus de 200 millions. Même si on ne sait pas où est passer cet argent ! Rire.

 

Aujourd'hui la vérité est bonne à dire l'Africa est la risée au monde du football et qu'est-ce que cela vous fait en tant qu'enfant de l'Africa ?

 

J’ai été ancien joueur de l'Africa, j'y ai fait 9 ans et il faut dire que je suis aussi supporters. Dans mon enfance, j'ai pleuré pour ce club, cela fait que je suis doublement touché par ce qui s'y passe. Les gens se trompent quand ils croient que c'est simplement un ancien joueur qui veut prendre le club, non ce n'est pas que ça ! Je le répète, je suis un MAM et je ne lâcherai pas. Des gens sont assis et ne font rien ! À un moment, il faut que ça s'arrête et je suis déterminé à aller jusqu'au bout. Je ne rigole pas. Tout le monde souffre. L’Africa est un grand club, nous ne pouvons pas nous trouver dans une situation pareille, nous sommes 10e au classement et il y a des gens qui sont heureux ! Trop s'est trop ça peut plus continuer, et nous allons tout faire pour que ça s'arrête. Je vous assure que nous sommes déterminés.

 

Justement que pensez-vous du tandem qui dirige actuellement l'Africa Vagba Alexis, Bahi Antoine ?

 

Je ne veux pas que mes propos soient pris comme des attaques personnelles, je parle de la gestion. Quand je suis arrivé à l'Africa j'ai vu Vagba Alexis. Dans l'entourage, il a été toujours là. Lui, je le connais et je parlerai de lui après. Celui que je ne connais pas, c'est Bahi.

 

Quand je suis revenu de la France, j'ai entendu parler de lui. Qu'il était le président des supporters. Je ne le connaissant pas, j'ai pris le temps d'observer et mon constat, c'est qu'il y a 28 supporters à l'Africa. Son rôle, c'est quoi ? Qu'est-ce qu'il a fait ? Il est comptable du bilan de Vagba depuis toujours. Ce n'est pas une nouvelle personne qui vient de débarquer comme ça autour de Vagba. Il était chargé de faire revenir les Mam autour du club. Ça m'a choqué. Soit, il n'avait pas envie ou bien, il ne connaissait rien. Après, il y a eu la crise où je l'ai approché, puis nous avons eu l'espoir que les choses allaient changer. À la vérité, aujourd'hui, il est le président de la section football, vous voyez l'état de la section. Il y a vraiment un problème de gestion, surtout lui, mon impression est qu'il ne maîtrise pas le sujet. Depuis 7 ans, il est dans le bureau de Vagba.

 

Est-ce qu'aujourd'hui quand on regarde l'état du club, on peut en être fier ? Je n'ai même pas besoin de parler chacun peut se faire une opinion. Je ne pense pas qu'un supporteur de l'Africa puisse en être fier. Pour moi, c’est 2 messieurs et leurs complices, font partie du passé du club désormais.

 

Pourquoi les MAM en veulent-ils autant à la FIF ?

 

Je pense qu'ils imputent la descente aux enfers de leur club a la protection (a raison ou à tort) qu'elle a offerte à Vagba. Regardez, un accord qu'elle a suscité et qu'elle parraine ne s'exécute pas, et elle est muette ! Des cris de malversations, de gabegie se font entendre, et elle est inerte ! Que voulez-vous que les mam pensent ? Pour moi faut avancer. Avec ce protocole d'accord, la FIF qui est garante, a l'occasion de se dédouaner et de rendre le club aux supporters. Le vice-président Sory Diabaté, a une occasion unique de réconcilier les mam avec la FIF. Au moment où, il est lui-même sur la sellette, il doit montrer qu'il n'est pas comptable de la forfaiture de Vagba et Bahi.

 

 

Africa

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Mis en ligne par :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Lun, 18 Mai 2020 à 03h 01
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?