Election FIF : Doubles voire triples parrainages, que nous disent les statuts ?

625 375

Election FIF : Doubles voire triples parrainages, que nous disent les statuts ?

Election FIF : Doubles voire triples parrainages, que nous disent les statuts ?

Faits surprenants, les parrainages octroyés par certains membres actifs de la fédération Ivoirienne de Football (FIF) à plus d’un candidat déclaré à la magistrature suprême ont-ils des chances d’être retenus par la Commission Électorale Indépendante ? Semble-t-il que… oui !


Rien d’officiel, met une simple lecture des statuts de la FIF adoptés le 09 juillet 2011 puis modifiés à l’AGE du 21 novembre 2015 nous conforte dans notre position. Mais d’abord, retour sur ce qui s’est passé au secrétariat administratif de la commission électorale indépendante le jeudi 30 juillet et qui a inspiré cet article.

 

 

Membre du bureau exécutif sortant, Koné Abackar n’a pas hésité à rejoindre l’équipe de communication d’Idriss Diallo, candidat de l’ex GX devenu G rassembleur. Mais à la surprise générale, le président du WAC a offert son parrainage autant à Idriss Diallo qu’à Sory Diabaté. L’on a pu se rendre compte de ce double jeu ce 30 juillet, jour choisi par les candidats susmentionnés pour déposer leurs candidatures.

 

Proche de Drogba, Yssouf Diabaté a lui aussi étonnamment remis le parrainage du Sporting Club de Gagnoa au deux candidats cités et selon nos sources également à l’ancien footballeur.

 

Premier groupement d’intérêt à avoir offert son parrainage notamment à Sory Diabaté, l’Union des Anciens Footballeurs (UAFCI) se trouve également sur la liste d’actes de parrainage d’Idriss Diallo.

 

Avec tous les groupements d’intérêt et 13 clubs de Ligue 1 sur 14 déjà présents sur les listes d’actes de parrainage des deux anciens collaborateurs à la FIF sous Jacques Anouma, la liste de Drogba (connue ce samedi 1er août) contiendra forcement des membres actifs déjà représentés à l’image de l’Africa Sports, de l’AMAFCI (amicale des arbitres), de l’AFI (footballeurs en activité), du SC Gagnoa et de bien d’autres.

 

L’interrogation sur toute les lèvres est de savoir quels dispositions seront prises par la CEI face à ces doubles et triples parrainages ? Un tour sur les textes de la FIF pour se rendre compte que cette démarche n’est pas proscrite. Aucun article n’en parle d'ailleurs.

 

Destiné aux conditions d’éligibilité, l’Article 41 des statuts de la FIF alinéa 2.c mentionne que :

« Pour être candidat à la présidence de la FIF, il faut être présenté avec sa liste de membre du Comité Exécutif par un collectif de, au moins, huit (8) membres actifs de la FIF à savoir trois (3) clubs évoluant en D1, deux (2) clubs évoluant en D2, deux (2) clubs évoluant en D3 et un (1) groupement d’intérêt du football. »

Aucun autre alinéa n’autorise, n’interdise ou n’impose à un membre actif de parrainer un ou plusieurs candidats déclarés. Ainsi le FC San Pedro aurait décidé selon nos sources de ne parrainer aucun candidat.

 

 

Annoncé en difficulté au niveau des parrainages, Drogba serait donc tiré d’affaire ? Difficile d’être catégorique. Les parrainages des membres actifs minés par des divisions devront surement être tranché par l’équipe de René Diby. L’Africa Sports avec ses deux présidents, les arbitres (AMAFCI), les anciens footballeurs (UAFCI) ont des parrainages doubles mais avec des signatures de différents responsables. La CEI va-t-elle se saisir de ces cas ou faire l’impasse vu le vide juridique existant aussi à ce niveau. Le signataire n’étant pas clairement défini…

 

Article 41 : Conditions d'éligibilité

 

1-/ Le Président et les membres du Comité Exécutif de la FIF sont élus par l'Assemblée Générale.

 

2-/ Pour être candidat à la présidence de la FIF, il faut :

  1. être ivoirien ;
  2. avoir au moins 35 ans et au plus 70 ans ;
  3. être présenté avec sa liste de membre du Comité Exécutif par un collectif de, au moins, huit (8) membres actifs de la FIF à savoir trois (3) clubs évoluant en D1, deux (2) clubs évoluant en D2, deux (2) clubs évoluant en D3 et un (1) groupement d’intérêt du football ;
  4. faire acte de candidature auprès de la commission électorale ad-hoc trente (30) jours avant le scrutin ;
  5. jouir de ses droits civils et civiques et ne pas avoir encouru de condamnations à une peine criminelle ou correctionnelle ;
  6. déposer une caution de cinq millions (5 000 000) FCFA par chèque libellé à l'ordre de la FIF au moment du dépôt de la candidature ;
  7. ne pas avoir encouru dans les cinq ans qui précèdent l’Assemblée Générale élective une sanction en application des statuts, règlements, décisions et directives de la FIFA, de la CAF, de l’UFOA et de la FIF ou tout autre organisme sportif.

 

3-/ Les candidats qui obtiennent le tiers (1/3) des voix sont remboursés. La liste des candidats à la présidence est envoyée avec la convocation écrite 15 jours avant l’Assemblée Générale. Elle est également publiée par voie de presse dix (10) jours avant le scrutin.

 

 

4-/ Les candidats aux postes de membres du Comité Exécutif doivent :

  1. avoir au moins 35 ans et au plus 70 ans ;
  2. résider sur le territoire ivoirien ;
  3. jouir de leurs droits civils et ne pas avoir encouru de condamnations comportant la perte des droits civiques ni de condamnation à une peine criminelle ou correctionnelle ;
  4. n’avoir pas encouru les sanctions sportives telles que stipulées à la lettre g de l’alinéa 2 du présent article ;
  5. ne figurer que sur la liste d’un seul candidat à la présidence de la FIF.

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Auteur :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Ven, 31 Jul 2020 à 21h 18
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?