Normalisation FIF : Désaccords au sein de la CE, contradiction des textes, résultats des auditions… les vraies raisons dévoilées

625 375

Normalisation FIF : Désaccords au sein de la CE, contradiction des textes, résultats des auditions… les vraies raisons dévoilées

Normalisation FIF : Désaccords au sein de la CE, contradiction des textes, résultats des auditions… les vraies raisons dévoilées

Dans son courrier en date du 24 décembre dernier adressé au Directeur Exécutif de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF), la FIFA fait la genèse des éléments qui ont motivé sa décision de nommé un comité de normalisation à la FIF.


Extrait choisi (Courrier complet ci-dessous)

‘‘

[…] En conséquence, le 27 août, la FIFA a demandé à la FIF de suspendre la procédure électorale afin de pouvoir enquêter sur les allégations et d’éviter d’organiser des élections susceptibles d’être invalidées.

 

 

A cette fin, une commission conjointe FIFA/CAF a été créée le 1er septembre 2020 pour enquêter sur les circonstances entourant la procédure électorale de la FIF et pour soumettre des recommandations sur la manière de remédier à toute irrégularité et de reprendre ladite procédure. A cette fin, la commission conjointe FIFA/CAF a tenu, du 28 septembre du 7 octobre 2020, 27 auditions par visioconférence.

 

Sur la base de ces auditions, ladite commission a formulé les observations suivantes :

 

  • La procédure électorale de la FIF dans son ensemble ne répondait pas aux exigences statutaires el réglementaires applicable à toute association membre de la FIFA et de la CAF (cf. art. 19, al. 2 des Statuts de la FIFA). Par conséquent, cette procédure ne peut retendre M encore moins être achevée sans une Intervention. Cela est dû au fait que la validité juridique des décisions prises par ta commission électorale, dans des circonstances douteuses et contestées, ne peut être vérifiée ;

 

  • La décision de la commission électorale présidée par M. Diby le 8 août 2020 -qui admettait trois 4 candidats - fait l’objet d’un litige dont les fondements ne sont pas véritables ;

 

  • La décision du 26 août 2020, prise par une commission électorale recomposée à la suite de la démission non confirmée de M. Diby en tant que président, et survenant après une suspension non autorisée ordonnée par le comité d'urgence de la FIF, est également douteuse et contestée ;

 

  • L'absence de procès-verbaux signes de nombreuses séances la commission électorale pendant la procédure électorale n'a pas permis à la commission conjointe FIFA/CAF de confirmer ta maniéré dont les décisions ont été prises, mais il reste indéniable que le secrétaire général de la FIF, qui était également le secrétaire de ta commission électorale, a outrepassé ses fonctions purement administratives en refusant de signer le procès-verbal de la séance ayant abouti à la décision du 8 août 2020 ;

 

  • Le Cadre statutaire et réglementaire de la FIF relatif au processus permettant à la commission électorale de se réunir et au processus décisionnel de ladite commission semble incomplet et pas suffisamment clair, ce qui empêche une interprétation sans ambiguïté par les parties concernées ;

 

  • Les graves désaccords au sein de la commission électorale elle-même ont entrainé des abus et l'impossibilité d'assurer la transparence de la procédure électorale, l'absence d'Ingérence de l’exécutif dans les affaires de la commission électorale n'ayant dès lors plus pu être garantie ;

 

  • Les incertitudes concernant l'interprétation de l'interdiction faite à un « officiel du gouvernement » d'être membre de la commission électorale ternissent également la légitimité même de ladite commission et par extension l'ensemble de la procédure électorale ;

 

  • Les critères d'éligibilité et les conditions d'admissibilité des candidats ne sont pas clairs ;

 

 

  • Le contenu ambigu des statuts de certains clubs et associations membres de la FIF rend impossible la détermination de qui peut valablement les représenter lors des assemblées générales ;

 

  • L'intervention du comité d'urgence de la FIF au cours de la procédure électorale et les désaccords entre membres de la commission électorale ont gravement porté atteinte à la crédibilité de la FIF en tant qu'institution ;

 

  • D’une manière générale, les différentes actions des officiels et des administrateurs ont brisé la confiance que la population, les parties prenantes et la famille du football ivoirien avaient placé en eux.

 

Au vu de l'échec total des mesures mises en œuvres jusqu'à présent et du manque de volonté ou de capacité évident des instances dirigeantes du football ivoirien pour ce qui est de mener à bien une procédure électorale conforme aux exigences statutaires et réglementaires applicables à toutes les associations membres de la FIFA compte tenu contradictions et des lacunes contenues dans statuts de la FIF, et étant donné que le mandat de l'exécutif a déjà pris fin, le Bureau a décidé aujourd'hui de nommer un comité de normalisation pour la FIF conformément à l'art. 8, al. 2 des Statuts de la FIFA, dont le mandat inclut les taches suivantes :

  • gérer les affaires courantes de la FIF ;
  • réviser partiellement les statuts et le code électoral de la FIF (lorsque nécessaire dans le contexte des élections) afin de garantir leur conformité avec les Statuts el les exigences de la FIFA, et veiller à leur adoption par l'assemblée générale de la FIF ;
  • réviser les statuts de certaines parties prenantes ;
  • et en dernier lieu, agir en qualité de commission électorale pour l’organisation de l’élection d’un nouveau comité exécutif de la FIF sur la base des statuts et du code électoral révisés.

[…]

’’

 

 

 

FIFA

 

FIFA

 

FIFA

 

 

FIFA


Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Auteur :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Ven, 08 Jan 2021 à 21h 17
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?