Côte d’Ivoire / Foosseny et Comara : ‘‘Si le sélectionneur nous dit ok, on vient’’

625 375

Côte d’Ivoire / Foosseny et Comara : ‘‘Si le sélectionneur nous dit ok, on vient’’

Côte d’Ivoire / Foosseny et Comara : ‘‘Si le sélectionneur nous dit ok, on vient’’

L’un (Fousseny Coulibaly) n’a plus été appelé en sélection depuis une éternité (2013), l’autre (Comara Cheick) découvrait pour la première fois le groupe de Kamara Ibrahim à l’occasion de la 5è journée des éliminatoires de la CAN face à la Guinée avant d’être snobé lors de la dernière journée face au Rwanda. Mais tous deux espère, rêve de participer à la Coupe d’Afrique des Nations avec les Eléphants de Côte d’Ivoire.


Dans l’extrait de leur entretien croisé réalisée par ADAM KHALIL et paru sur le site de nos confrères de Sport-ivoire.ci, Fousseny Coulibaly (Espérance de Tunis) et Comara Cheick (Wydad AC) déclarent leur flamme pour la sélection Ivoirienne avant de se retrouver se retrouver face à face avec leurs clubs respectifs ces 24 et 31 mai 2019 pour la Finale (aller/retour) de la Ligue des Champions.

 

 

Jouer avec les Eléphants de la Côte d’Ivoire, vous intéresse ?

 

Cheick Comara :

« Absolument ! C’est l’une de mes priorités. Je me donne à fond dans mon club pour espérer aussi être appelé en sélection. Mais, tout dépend de l’entraîneur national. C’est lui qui fait ses choix. Pour l’instant, je continue de me battre et travailler pour faire partir de la liste. Si je suis choisi, tant mieux. Si ce n’est pas le cas, je vais continuer à travailler pour être à niveau. »

 

Fousseny Coulibaly :

« Si on me fait appel, je vais répondre favorablement à la sélection nationale de mon pays. Je suis prêt à, jouer pour le pays. Je porte la Côte d’Ivoire dans mon cœur. Si le sélectionneur me dit ok, je viens. »

 

Quels sont vos pronostics pour la Can 2019, en Egypte ?

 

Cheick Comara :

« Je suis partagé entre le Maroc et la Côte d’Ivoire (Rire). Pour être plus sérieux, le Maroc est une très bonne équipe. Mais, la Côte d’Ivoire va tout mettre en œuvre pour essayer d’aller le plus loin possible et chercher à remporter le trophée. »

 

Fousseny Coulibaly :

« Je peux déjà citer la Côte d’Ivoire parce qu’on a un bon groupe. Il y aussi le Sénégal qui est en forme. De même que le Maroc et le Nigeria. Un peu moins pour la Tunisie. Et aussi le pays organisateur, l’Egypte. Globalement, ce sera une Can très équilibrée. Le plus expérimenté va remporter le trophée. »

 

Avez-vous des envies d’ailleurs c’est-à-dire continuer par exemple vos carrières dans un championnat européen ?

 

Cheick Comara :

« Oui, c’est primordial pour moi. Aller découvrir d’autres championnats et plus particulièrement en Europe. Je suis sur la voie. Après la Côte d’Ivoire, je suis aujourd’hui au Maroc. Cela pourrait être une continuité. Je pense retomber en Europe. Continuer à monter mon talent. »

 

 

Fousseny Coulibaly :

« J’ai des envies pour les championnats européens. La saison dernière, j’ai pu avoir quelques propositions de clubs européens. Mais, les clauses financières n’étaient pas alléchantes et donc, les discussions n’ont pas pu aboutir. Il faut savoir partir surtout dans un bon projet. »

 

Qui sera le champion d’Europe, le 1er Juin entre Liverpool et Tottenham ?

 

Cheick Comara :

« Je vois Liverpool gagner. Peut-être sur un petit score de 1-0. Toutes mes excuses à Serge Aurier (Rire). Je suis aussi obligé de le soutenir donc, je voudrais bien qu’il gagne. C’est possible pour lui et Tottenham, même si en face il y aura d’autres africains tels que Mohamed Salah, Sadio Mané, Naby Keita…  Si notre compatriote remporte le trophée, ce sera tout à son honneur et pour toute la Côte d’Ivoire. Il nous représentera. »

 

Fousseny Coulibaly :

« Ouh là ! C’est difficile. Je mets quand même une piécette sur Liverpool avec deux buts à zéro. Même si j’ai mon frère ivoirien, Serge Aurier qui joue à Tottenham (Rire). Le plus important est le constat de voir que dans ces finales de coupes européennes, il y a beaucoup de footballeurs africains valeureux. En plus, ils font partis des meilleurs du football européen et même mondial. Cela dénote du fait que nous avons des talents sur le continent. »

 

La finale de la Ligue des champions africaine se déroule pendant la période du Carême musulman. Comment arrivez-vous à concilier football et Ramadan dans vos pays respectifs fortement ancrés dans le Jeun ?

 

Cheick Comara :

« C’est un peu facile pour moi. Surtout que le programme des matchs et du championnat local est fait en fonction des horaires de rupture du jeun. Le programme est réaménagé de sorte qu’après la rupture, on joue les matchs. C’est ainsi que ça fonctionne au Maroc. »

 

Fousseny Coulibaly :

« C’est vrai que cela est un peu compliqué d’allier les deux. Ici Tunisie, le championnat continue toujours. Il y a des matchs qui sont programmé à 14 heures voire 15 heures local. Me concernant, les jours de matchs je n’observe pas le jeun. D’autres joueurs réussissent à le faire. Ce qui n’est pas mon cas. »

 

 

Propos recueillis par ADAM KHALIL

Laisser un commentaire

D'où provient l'info

  • Source : MondialSport.ci
  • Auteur :
  • Date de publication :
  • Dernière mise à jour : Ven, 24 Mai 2019 à 01h 55
  • Contacter l'auteur : news@mondialsport.net

Vos données ne seront pas publiées !

Newsletter

pub

Plus d'info ?